En réponse à l’abaissement de la vitesse réglementaire de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires, une sénatrice propose de réduire le délai de récupération de points.

La sénatrice centriste Sylvie Goy-Chavent veut réduire de six à trois mois le délai nécessaire pour récupérer des points sur le permis de conduire afin de “limiter les effets pervers” de la nouvelle limitation de vitesse à 80 km/h. Selon Le Parisien, l’élue de l’Ain a déposé une proposition de loi et déclare que “cet aménagement apparaît nécessaire dans la perspective de l’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h au lieu de 90 km/h sur le réseau secondaire”.

Pour elle, “outre le fait que l’intérêt de généraliser la limitation à 80 km/h sur l’ensemble du réseau secondaire n’a pas été démontré”, cette mesure “renforcera le sentiment de déclassement des habitants des zones rurales qui n’ont d’autre choix que d’emprunter ces routes chaque jour, pour se rendre à leur travail ou pour effectuer tous les actes de la vie quotidienne à la campagne et en zone périurbaine”, relève Le Progrès.

Soutenue par une centaine de sénateurs

Dans le quotidien régional, la sénatrice ajoute : “Quel est l’intérêt pédagogique du permis à points quand on sait que les amendes pour les excès de vitesse inférieurs à 10 km/h vont exploser en 2018, que le nombre de flashs de certains radars fixes sera multiplié par quatre et que ces mêmes radars sont le plus souvent situés en pleine ligne droite, dans des zones dégagées ?”

Sa proposition a été cosignée par une centaine de ses collègues et devrait être adoptée au Sénat avant la fin de l’année. Pour qu’elle entre en vigueur, il faudra qu’elle soit votée dans les mêmes termes à l’Assemblée nationale.