Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Loading...

Charente-Maritime : les radars automatiques ne flashent plus

Charente-Maritime : les radars automatiques ne flashent plus

2019-01-10T19:44:11+00:007 janvier 2019|Catégories : Circulation|Tags : , , , |

La quasi-totalité des radars hors service

Depuis le 17 novembre (début des manifestations des Gilets jaunes), les radars sont la cible des manifestants. Cependant, nous avons observé des équipements hors service avant que le mouvement des Gilets jaunes ne commence.

Radars incendiés, bâchés ou peinturés

En ce début d’année 2019, nous recensons pas moins de six radars totalement incendiés, il s’agit des radars de Marans, Lagord, Sainte-Soulle, Saint-Georges-du-Bois, Mornac-sur-Seudre ainsi que celui de Saintes sur la RN141. D’autres équipements sont bâchés et peinturés depuis plusieurs semaines, et ce, de manière répétée. Nous avons là aussi pu les recenser il s’agit des deux radars d’Aytré, ainsi que ceux de Tonnay-Charente, Rochefort, Saint-Just-Luzac, Pons. Les deux radars tronçons installés respectivement sur les ponts d’Oléron et de Ré sont eux aussi bâchés malgré des cabines à plus de deux mètres de hauteur ! 

Deux radars entièrement détruits 

Le radar situé au bord de la route départementale 939 sur la commune de Salles-sur-Mer a quant à lui subi un choc, il aurait été désaxé et donc hors service. Le second radar détruit que nous avons recensé se trouve sur la commune de Saint-Georges-des-Coteaux au bord de la route départementale 137 sur l’axe sécurisé Saintes-Rochefort. Selon nos informations, il a été cisaillé en deux courant octobre 2018. La préfecture de Charente-Maritime avait décidé de porter plainte après la destruction de cet équipement.

Qui paye les réparations ? 

Ce n’est pas l’impôt des contribuables (et donc le budget de l’État) qui va couvrir ce coût de remplacement, mais les contrevenants. Ce sont en effet les recettes des radars fixes qui financent les dépenses de maintenance et une éventuelle remise en état.